Dans les formations de formateurs, nous évoquons l’importance du langage corporel, mais qu’en savons-nous vraiment ? Nos connaissances dans le domaine, sont souvent le reflet de certitudes bien ancrées voire de quelques mythes.

En neurosciences cognitives, nous parlons souvent de « neuromythes », nous pourrions en langage corporel, tout autant parler de « synergomythes ».

L’IES* Paris 8ème forme à la synergologie. Une discipline fondée par Philippe Turchet au début des années 80. Mais qu’est-ce que la synergologie ? En quelques mots, c’est l’étude et le décryptage du langage corporel. https://www.institut-synergologie.eu/

J’ai eu la chance, il y a une semaine de découvrir au travers une formation, l’étendue de cette discipline et depuis je réfléchi aux  applications que nous pourrions en faire dans le domaine de la formation.

Une première application me vient à l’esprit : le travail sur l’attention de l’apprenant.

L’attention est le premier critère de réussite de l’apprentissage, au point que tout enseignant, tout formateur soit en constante recherche de méthodes pour susciter et maintenir l’attention des apprenants.

Et si nous nous intéressions encore plus à eux, en écoutant ce qu’ils ont à nous dire au travers leur langage corporel, plutôt que de rechercher un « oui » à la question trop souvent posée, « tout le monde a compris »? Car souvent derrière un oui verbal, le corps dit non, encore faut-il être capable de le détecter.

Durant cette formation, notre formateur Sébastien Franki  a été d’une écoute remarquable de chacun d’entre nous. Bien au-delà de nos mots, ce sont nos expressions corporelles complètement  inconscientes qui ont guidé notre formateur pour maintenir notre attention durant des heures. La surcharge cognitive n’avait qu’à bien se tenir, notre formateur la voyait arriver avant même que nous en ayons nous-même conscience.

Alors,  changement de posture pédagogique, changement de rythme, mise en situation, sont bien sûr les clés de voute du maintien de l’attention, mais il me semble qu’en y ajoutant une touche d’analyse du langage corporel des  apprenants, nous serions en mesure de décuplez alors l’effet.

En d’autres termes,  le feedback que nous envoie l’apprenant  – sa tête qui fait oui et son corps qui dit non – c’est en repérant d’éventuels signes de doute, de stress, d’intérêt ou pas, qu’il devient possible de changer le cours de la relation.

Enfin, je tiens à souligner l’investissement remarquable de Sébastien, qui après lui avoir venté de façon tout à fait informelle les bénéfices de l’outil Kahoot (article à venir semaine prochaine), nous a fait travailler notre remémoration, susciter notre intérêt et développer l’émulation dans notre groupe d’apprenants, au moyen de l’outil et ce dès le lendemain.

C’est ça prendre des risques et sortir de sa zone de confort pour l’entière satisfaction des apprenants.

Encore merci et bravo.